Blue Jasmine

blue_jasmine_ver2

RICH WOMAN’S BLUES

Le meilleur Woody Allen. Pourquoi? Le talent de Cate Blanchett est à son paroxysme dans cette satire sociale pleine de finesse et de justesse. Bien sûr Woody Allen ne se départit ni de son humour, ni de son goût pour le jazz qui rend la narration de cette comédie dramatique pourtant plaisante. Le basculement dans la folie (Jasmine/Jeanette se gave de Xanax parle toute seule, regarde constamment dans le vide les larmes aux yeux et pique des crises de nerfs) est amené avec une rare intelligence : la société pousse à bout cette femme qui n’est pas une femme du monde populaire. A tel point qu’on n’arrive à compatir au sort d’un personnage a-priori haïssable avec ses valises Vuitton et son tailleur Chanel. Une grande bourgeoise déchue qui veut survivre malgré tout mais qui voit peu à peu son empire s’effondrer et tomber dans ce qu’elle ne supporte pas et qui lui fait pêter les plombs : la médiocrité du prolétariat. Le caractère insupportable des gens de la classe moyenne.

Mais une fois tombée, ce n’est pas si facile de repasser de l’autre côté. Et la séparation donnée à voir ainsi que la douleur et l’incompréhension qu’elle provoque chez les uns et les autres est d’une rare profondeur auquel Woody Allen ne nous avait pas habitué dans ses comédies se cantonnant souvent à une légereté et une mise en scène agréable.

Ici, on rit, on compatit, on s’émeut! Un grand film.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s