Mud

Mud

AMOUR A MORT

Jeff Nichols signe un superbe troisième long-métrage qui nous plonge dans une ambiance d’aventure et condense autant d’émotions hétéroclites que de paysages et instants sublimes. Nous sommes dans l’Arkansas ; sur les rives du Mississipi.

Ellis (Tye Sheridan) a quatorze ans, vit une enfance « à la dure » avec un père qui ne ménage pas ses efforts « parce que la vie est dure » lui dit-il. Grand, élancé, combatif quand il le faut et peu farouche pour son âge, il possède en plus de beaux yeux bleus, une vivacité aussi bien physique qu’intellectuelle et une débrouillardise innée. Autant de qualités qui le rendent attachant dès les premières séquences et le font apparaître davantage comme un potentiel héros que comme un ado banal. Son meilleur pote : Neckbone, un orphelin qui vit avec son oncle, rivalise de charme et de hardiesse avec lui et ils forment un joli duo de choc dont la complicité rappelle celle du club des cinq ratés.

Bien que l’éveil de la puberté les pousse à s’intéresser aux filles et à l’amour, c’est finalement à une autre histoire d’amour qui leur tombe dessus avec laquelle ils vont devoir en découdre et qui n’est pas la leur mais celle d’un adulte : un inconnu qui vit sur le petit îlot que les deux garçons considéraient jusqu’alors comme leur territoire de jeu. Nous somme à mi-chemin entre le conte et le polar : un vagabond fugitif (Matthew McConauguey) vit dans un bateau coincé entre les branches d’un arbre et attend avec espoir sa « girlfriend » qui a des oiseaux tatoués sur les mains. Joli tableau romantique ancré dans un réalisme d’une violence extrême dont le contraste rappelle Drive.

Ellis se met en tête de permettre à cette histoire d’amour d’exister et de sauver ces deux vies fragiles coûte que coûte, comme s’il s’agissait de sa propre vie…

Autant une désillusion qu’une célébration de l’amour (et pas seulement sous sa forme conjugale mais aussi familial). Dans la lignée de Take Shelter, Jeff Nichols se révèle être un génie pour dresser des portraits émouvants et faire apparaître l’extraordinaire dans la banalité en nous offrant un conte poétique et réaliste. Malgré de très légères longueurs qui viennent parfois rompre le beau rythme dont bénéficie par ailleurs ce film, celui-ci s’avère être un cocktail hardi et réussi. L’esquisse d’une pureté et un appel à la liberté, à l’effort et à l’aventure.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s