Touristes

BLOODY HOLLIDAY

Des vacances sanglantes ponctuées d’innocentes visites sur des sites touristiques au musée du tramway ou du crayon, des escales sur des aires de jeux et des moments tendres sur fond de « Tainted love » de Soft Cell se prépare pour Tina et Chris ; un jeune couple amoureux. Après un film décapant et sombre  Kill List  Ben Wheatley récidive sur le thème du meurtre en se plaçant encore une fois du côté des meurtriers, en toute innocence bien sûr.

A partir de là, vous l’aurez compris ; ce film est un drôle de mélanges d’émotions condensés en une synthèse qui ne peut être tout à fait réjouissante tant les facéties morbides n’arrivent pas à étouffer la solitude et le quotidien empli de mélancolie et d’ennui des deux protagonistes. Cela provoque d’ailleurs un certain malaise palpable dès les premières scènes sur ce foyer dont les murs est recouvert de photos du même petit chien blanc avec pour seul bruit de fond les râles et sanglots de la mère qui a tout d’une Tatie Danielle. Par conséquent il n’est pas évident de le classer : c’est une sorte de comédie noire à l’humour glauque qui provoque souvent le rire par l’absurde. Ce qui est étrange c’est qu’il y a en parallèle, et paradoxalement, une sorte de beauté sereine à suivre le périple de ces deux êtres à part dans la belle campagne anglaise et écossaise pleine de charme, avec des paysages qui rappellent les tableaux de John Constable, et à les voir parcourir ces sites touristiques, ou encore à  les entendre faire grincer la rutilante caravane décorée d’accessoires kitsch sur les aires d’autoroutes.

Le jeune couple tue par envie d’être « respecté et craint » ou encore d’« être maître de son destin » comme le dit Chris et par conséquent de ne plus rencontrer aucune entrave à ce qui s’offre à eux comme une nouvelle vie.Ils savent aussi perfidement se montrer bien sous tout rapport et prendre l’apparence d’un couple banal et rangé face aux inconnus pour écarter tout soupçon. Lui, tueur récidiviste exigeant, elle qui se découvre finalement aussi avide de meurtres dans sa naïveté enfantine et dans sa fuite salvatrice d’un univers sclérosé (pas étonnant avec une mère qui rappelle un mélange de Margaret White(Carrie) ou encore Madame Kohut (La pianiste). Comme souvent, dans la littérature et le cinéma, la présence étouffante d’une telle mère provoque des failles chez leur fille ; et cette libération trop brutale provoque chez Tina une incapacité à supporter la moindre contrariété et frustration et la seule réponse à chacune d’entre elles devient la suppression pure et simple de l’être interchangeable qui en est à l’origine.Pourtant ni l’un ni l’autre des tourtereaux n’est pour autant tout à fait débarrassé de la morale et c’est là tout leur drame : chacun n’a effectivement de cesse de reprocher à l’autre son absence de principes moraux même si ceux-ci sont évidemment renversés par leurs mœurs particulières,  ce qui donne souvent lieu à des dialogues surréalistes aussi révoltants qu’hilarants.

Et Si à l’instar de Friedrich Schlegel on pense que rien n’est plus méprisable qu’un witz (esprit, blague, humour) triste, on ne pourra apprécier ce film. Mais en revanche si l’on a un goût pour les films déjantés de Quentin Dupieux et qu’on s’est bidonné devant l’excellent Smiley face de Gregg Araki ou encore que l’on a gardé un souvenir mémorable du cynique C’est arrivé près de chez vous de Rémy Belvaux, il y a des chances de passer un bon moment devant cet atypique road movie glauque à souhait mais non dénué de grâce, d’esthétisme et de façon peut-être moins attendue : d’une certaine réflexion derrière le nihilisme apparent sur la vacuité et la fragilité de la vie que l’on peut ôter ou quitter à tout moment quand on vit dans une société réduite ici à deux sujets et une marginalité morale. Une étonnante plongée dans le quotidien de deux sérials killeur à l’allure pourtant des plus insignifiante qui soit.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Touristes »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s