Haneke par Haneke

Entretiens avec Michel Cieutat et Phillipe Rouyer. Edition Stock.

Haneke par Haneke de Michel Cieutat et Philippe Rouyer. Édition Stock.

« Tu es un monstre…mais tu es gentil » dit Emmanuelle Riva à son mari joué par Jean-Louis Trintignant dans Amour. Alors que la seconde palme d’or est à l’écran, c’est en effet un livre d’une générosité inouï qui sort en parallèle ; presque à l’image du dernier film de Michael Haneke, c’est une déclaration d’Amour sans concession autant aux amateurs de cinéma qu’aux cinéphiles avertis.

Michel Cieutat et Philippe Rouyer, critiques de cinéma émérites et tout particulièrement sensibles au cinéma d’Haneke qu’ils ont assidûment fréquenté au cours des dernières années, nous livre un cadeau : un recueil passionnant avec plus de cinquante heures d’entretiens effectués sur deux ans entre Viennes et Paris.

Michael Haneke se dévoile au travers de ses interviews même si, et de sa part on ne s’en étonnera pas, cela reste un dévoilement emprunt de pudeur.

Il montre un aspect inconnu du grand publique derrière la face de cinéaste sombre qu’on lui colle souvent comme un masque commode qui a en plus l’avantage de nourrir la polémique engendré par des films comme Funny games qualifié parfois de « nihiliste ».

Derrière se trouve pourtant un cinéma éthique, certes souvent brutal mais nécessaire et surtout passionné et engagé.

On revient sur une destinée singulière : la jeunesse du cinéaste , son adolescence révoltée, ses études de philosophies, ses doutes, ses affinités électives, ses goûts littéraires, cinématographique et philosophiques, ses envies et son amour immense pour l’existence et pour l’humain malgré une lucidité que certains qualifieront d’ « impitoyable » ou encore de « cruel » oubliant l’indéniable indulgence qui se dégage en même temps de son regard.

Du Septième continent à Amour, on s’engage dans des contrées pour une rencontre édifiante, au travers d’une analyse chronologique de chacun de ses films, on vibre aussi sous le poids des mots sincères du cinéaste autrichien qui se livre comme jamais.

Le livre arbore également une dimension Master Class en tant qu’il est truffé de secret et d’anecdotes de tournage et d’observations multiples sur les acteurs et les rapports qu’il entretient avec eux, souvent d’une grande proximité, et de photographies : le cinéaste nous invite dans son univers.

Film après film, question après question, Michael Haneke nous fait partager un itinéraire aussi surprenant que captivant et une passion cinématographique à l’état pur.

Un destin, voilà ce qui ressort de cet ouvrage poignant, au travers d’un cinéma en accord avec la société contemporaine sur laquelle il porte un regard certes tragique et lucide sur les atrocités humaines, rappelons nous Le Ruban blanc qui peut être considéré comme une allégorie ou encore une prophétie des horreurs du nazisme, et le très énigmatique Caché dont l’intrigue à trait avec le massacre du 17 octobre 1961 mais qu’il transcende aussi par son cinéma comme une chute qu’il amortit en la prenant au creux de ses mains.

Devant le courage de ses films, on ne s’étonnera pas que son livre préféré soit entre tous Le fameux Docteur Faust de Thomas Mann « Rester proche des sources de la vie, pouvoir secouer les chaînes d’une civilisation périmée, oser ce que d’autres n’ont pas eu le courage d’entreprendre, en somme se replonger dans l’élémentaire. » Oui, pour Michael Haneke, on pourrait même dire : « se plonger dans l’essentiel».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s